vendredi 25 mai 2007

Violence

Cet article de libération nous apprend l'existence de fonds vautour, qui émeuvent même le Club de Paris (le club des pays riches créanciers des pays pauvres). De quoi s'agit-il ? Tout simplement de fonds d'investissement domiciliés dans des paradis fiscaux, dont l'activité principale est de racheter à vil prix à des créanciers des dettes contractées par des pays pauvres, pour ensuite forcer ces derniers à raquer. Autrement dit, alors que le pays endetté est exangue et ne peut pas honorer sa dette, le pretteur n'espérant plus retrouver sa monnaie se débarasse de ce contrat contre quelque argent ; mais le nouveau créancier, lui, va jusqu'à assigner en justice devant des tribunaux internationnaux le pays pauvre afin qu'il lui règle l'intégralité de la créance, réalisant ainsi une plus-value colossale.

Le nom de fonds vautour est donc pertinent, mais on aurait pu penser à fonds sales cons, fonds raclures de bidet ou fonds putain d'enfoirés de capitalistes inhumains. Ils ne peuvent pas ne pas savoir que les millions qu'ils arrachent à ces pays pourraient servir là-bas à sauver des vies. Ils ne peuvent pas ignorer que leur activité ruine des pays entiers, ou du moins contribue à les enfoncer dans la pauvreté. Ils ne peuvent pas ne pas être conscients qu'ils se font des couilles en or sur la vie de pauvres gens qui ne leur ont rien fait. Déstabilisation d'un état, morts innocentes, qu'est-ce que ce genre d'action sinon du terrorisme ? ...

Le politburo demande l'extradition de ces criminels pour les enfermer à vie au goulag. Mais si une bombe venait malencontrueusement à exploser dans leurs bureaux, on ne pleurera pas plus qu'après la pendaison de Saddam Hussein.

1 commentaire:

comité-de-salut-public a dit…

Certes. Pas une larme...
Je vais me renseigner pour voir qui participe à cette saloperie. J'ai envie de voir leurs tronches...