jeudi 31 mai 2007

Comment fabriquer un nouveau Cuba.


Il y a actuellement une campagne de propagande assez grotesque attaquant Chavez et le Vénézuela.

Elle est menée notamment par les principaux médias français (dont libération et le monde), par l'association Reporter Sans Vergogne ainsi que par des parlementaires de droite et d'extrême-droite européens.

Pour la résumer vite fait : le gouvernement vénézuélien a décidé de ne pas renouveler le contrat de diffusion hertzien de la chaine RCTV. Cette chaine s'était faite remarquer notamment par sa participation au coup d'état de 2002, par des appels au meurtre de Chavez et par son non respect des termes de son contrat de diffusion (ainsi que par le fait qu'elle soit encore plus nulle que TF1 et M6 réunis).

La légalité de cette décision a été confirmé par la justice vénézuélienne.

Malgré ce passif, et pas vraiment à notre grande surprise, nos caniches nains de gardes n'ont eu qu'une réaction (épidermique) : ils ont hurlé à la censure et à la dictature.

Peu leur importe la vérité (RCTV n'est pas fermée, elle pourra toujours diffuser sur le cable et le satellite, il y a quantité de médias d'oppositions) ou la simple décence (on parle d'une télé qui à participé à un coup d'état, il n'y a pas eu de mesure de rétorsion).

Non, pour eux, c'est Chavez donc c'est une atteinte à la liberté d'expression.

Bien sur une telle liberté de ton envers le pouvoir par un média dominant serait impensable en France, même en version ultra-soft.

Mais soyons fous :

Imaginons TF1 insulter régulièrement Sarkozy (notamment en utilisant ses origines hongroises).
Imaginons TF1 participer à un coup d'état visant à renverser Sarkozy pour le remplacer par Royal.

Quelles seraient les réactions ?

C'est évident : ça serait le peloton d'exécution sans jugement pour les dirigeants et journalistes principaux de la chaîne (ça marche aussi en remplaçant Sarkozy par Royal) .

On le voit donc, le seul reproche que l'on puisse faire à Chavez est d'avoir été trop tolérant et de ne pas avoir fait exécuter les journaputes et les propriétaires de RCTV juste après son retour au pouvoir.

Mais ce n'est pas grave, pour ces fanatiques pavloviens l'équation est simple : Chavez =/= Toutou des capitalistes => Chavez = dictateur.


Bon, on ne va pas épiloguer sur cet épisode de lynchage tous azimuts, digne d'une séance d'autocritique brejnevienne, d'autres l'ont fait mieux que nous :

VLF
Kilobug
Monde Diplo
Le grand soir 1
Le grand soir 2


Par contre le politburo va explorer plus généralement quels types de conséquences un tel comportement peut entrainer.

Énumérons d'abord les faits :

  • Fait #1 : Un gouvernement prend légitimement le pouvoir dans un pays X qui appartient à la sphère d'influence (de domination en fait) de la plus grande puissance mondiale .
  • Fait #2 : Il est plus préoccupé par le bien être de ses citoyens que par la satisfaction des désirs de cette grande puissance.
  • Fait #3 : Il fait donc des réformes (même modérés) en faveur de ses citoyens et en défaveur des capitalistes.
  • Fait #4 : La grande puissance en question n'est pas contente, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour renverser le gouvernement.
  • Fait #5 : Y compris le terrorisme, l'embargo, l'organisation d'un coup d'état, le financement des opposants.
  • Fait #6 : La grande puissance est beaucoup, beaucoup plus riche et beaucoup, beaucoup plus puissante que le pays X.
  • Fait #7 : L'europe, seule puissance à pourvoir contrarier les plans de la grande puissance ne fait rien, au contraire elle appuie relativement mollement la grande puissance.
  • Fait #8 : Reporter sans vergogne et les gros médias internationaux lancent des campagnes mensongères et calomnieuses sur chaque action du gouvernement du pays X.
  • Fait #9 : Le pays X se retrouve seul contre tous. Les seuls alliés qu'il peut trouver ne sont pas vraiment recommandables.

(On le voit, cela est inspiré de différents cas réels en amérique latine)

Les conclusions que l'on peut tirer de tout ça sont évidentes et immédiates. Il ne reste que 3 possibilités au pays X :

1) la soumission à la grande puissance
2) la disparition violente du régime
3) le durcissement du régime pour se protéger et protéger ses citoyens

Dans tous les cas la grande puissance est gagnante. Les 2 premiers cas sont évidents ; le dernier peut avoir plusieurs issues.

Dans le pire cas, le gouvernement du pays X devient complètement paranoïaque, et le pays, totalitaire. Au mieux certaines libertés sont restreintes pour ne pas d'être utilisées par la grande puissance dans son ambition impérialiste (version cubaine).

On a donc un cas typique de prophétie autoréalisatrice (qui est en passant une caractéristique des pseudo-sciences).

Des gouvernements et des médias étrangers rejettent le gouvernement tout à fait légitime d'un pays X, et l'accusent faussement d'être autoritaire et totalitaire. Pendant ce temps, ils l'attaquent directement et/ou indirectement, militairement et/ou économiquement.

Le gouvernement du pays X, seul, n'a plus d'autre choix que de disparaitre ou de se durcir. Dans ce dernier cas les médias plastronneront sur le thème
'on-vous-l-avait-bien-dit-c-est-un-dictateur-il-n-y-a -pas-d-alternative-au-capitalisme', alors que ce ne serait pas arrivé s'ils avaient, ne serait-ce qu'un peu, respecté les valeurs de démocratie et d'objectivité.

4 commentaires:

comité-de-salut-public a dit…

Wah, excellent! superbe démontage d'un processus écoeurant, j'applaudis!Et bienvenue au Hugo Red Star Fan Club!Je savais que vous y viendriez...

vlg a dit…

Merci. Ça marche pour Cuba, le vénézuéla, le chili, le guatemala, etc tec...


Pour Chavez, le politburo à quelques réticence envers lui mais dans l'ensemble (et depuis 10 ans !) y pas grand chose à lui reprocher dans le contexte actuel.

Par contre le torrent de boues et de calomnies qu'il reçoit quand les merdias pensent avoir trouvés un angle d'attaque (voire quand ils l'inventent) est proprement incroyable.

coco_des_bois a dit…

On aura toujours des remarques sur ce genre de gouvernement, des réticences, c'est normal, ce qui est anormal comme tu dis, c'est l'acharnement stupide.

Après avoir lu les depêches AFP, on voit bien à quel point nos "journalistes" ne servent à rien, il copient mollement ce qui tombe sur leurs telescripteurs et rentrent chez eux faire les courses et nourir le chien, une armée docile de clebards... ça me fait gerber.

L'article de VLF (comme tout son blog, Seb'Font' Président) est énorme encore une fois.

vlg a dit…

C'est clair. Le politburo attend avec impatience le jour ou y en aura un qui se trompera et qui recopiera sa liste de course au lieu de la dépêche AFP.

Au rythme où vont les choses, il ne doit pas y avoir trop à attendre.