vendredi 16 novembre 2007

Les vampires...



Ils sont là.

Parmi nous.

Invisibles.

Ils veulent nous pomper tout notre sang.

Vider notre sécu.

Détourner nos maigres revenus à leurs profits.

Ils nous volent le travail.

Ils festoient et plastronnent pendant que nous travaillons durement.

Ce sont les rmistes chomeurs immigrés malades cheminots gros patrons :



Les dividendes* touchés par les grands patrons
Versés en 2007 au titre de l'année 2006

Total annuel en millions d'euros
En années de Smic
Bernard Arnault (LVMH)32627 031
Liliane Bettencourt (L'Oréal)21918 159
François Pinault (PPR)15512 852
Famille Halley (Carrefour)988 126
Famille Peugeot (Peugeot)967 960
Martin et Olivier Bouygues (Bouygues)756 218
Famille Decaux (JCDecaux)675 555
Serge Dassault (Dassault Aviation)604 975
Romain Zaleski (ArcelorMittal + Eramet)554 560
Famille Wendel (Wendel Investissement)403 317
* Les dividendes sont les revenus qui rémunèrent les profits.
Source : Magazine Capital, n°194, novembre 2007. Année des données : 2006
Source du tableau.

9 commentaires:

coco_des_bois a dit…

Tu vois, moi quand je lis ça, je pense, non pas qu'il faudrait redistribuer ces profits, mais qu'il faudrait les supprimer, qu'ils ne devraient même pas exister...

C'est peut être stupide, mais c'est à mon sens une des sources de bien des problèmes... profit, finance, beaucoup de choses découlent de cette quête.

Et au passage, aucune avancée écologique n'est possible sans sortir de cette logique.

Trop souvent j'entends des gens de "gauche" pleurer sur la non redistribution du pognon, mais sans se demander si ce pognon a un sens, une réalité, si il a des origines qui sont viables et normales.

Sébastien Fontenelle a dit…

"Mais foutre, vous ne respectez donc rien?" (Jacques Marseille)

vlg a dit…

A CDB :

«Trop souvent j'entends des gens de "gauche" pleurer sur la non redistribution du pognon, mais sans se demander si ce pognon a un sens, une réalité, si il a des origines qui sont viables et normales.»

Supprimer les dividendes ou partager les richesses c'est un peu la même chose, vue qu'en fait les dividendes c'est la part de ce qui est produit qui va aux actionnaires.


A SF :

Sort de ce corps, esprit de Jacques Marseille !

mais sinon le billet "cfdt" est exquis.

coco_des_bois a dit…

Oui, mais je trouve que parfois le discours n'est pas clair, et dans ce cas d'espèce, je pense qu'il ne suffit pas de dire "on veut réduire la part des actionnaires", mais s'interroger réellement sur les entreprises, leur production, leur "utilité", leur nuisance etc etc... avant de vouloir se partager leur pognon. voilà ce que je voulais dire.

Une entreprise de merde, publique ou privée, reste une entreprise de merde... productivisme, pollution, destruction ... etc.

Anonyme a dit…

dividende = rémunération de l'argent investi dans l'entreprise.
C'est un non sens de dire que c'est la rémunération d'un profit, puique c'est un profit en tant que tel.
Si vous avez de l'argent sur un Codevi, vous pouvez assimiler les intérêts que vous en retirez à un "dividende"
Quant aux patrons dont vous parlez, il convient de distinguer si les dividendes proviennent de l'argent personnel qu'ils auraient investi dans l'entreprise, ou s'il s'agit d'actions attribuées gratuitement.

vlg a dit…

La définition du terme dividende viens directement de la source (http://www.inegalites.fr/spip.php?article346)

Quand à distinguer action gratuite ou action achetée, on en voit pas trop l'intérêt.

Anonyme a dit…

"Quand à distinguer action gratuite ou action achetée, on en voit pas trop l'intérêt."

il existe une différence fondamentale :
si tu places tes économies personnelles gagnées (honnêtement)à la sueur de ton front dans une entreprise, tu lui fournis des moyens financiers lui permettant de se développer. C'était d'ailleurs le principe du feu codevi. Ce qui permet d'assurer des emploi.
Si ces actions proviennent d'actions gratuites attribuées avec des critères criticables, alors on peut dire que l'entreprise et ses travailleurs sont spoliés

vlg a dit…

La différence est ici marginale : connais tu quelqu'un capable d'économiser à la sueur de son front de quoi se faire 27.000 années de SMIC de dividendes ? Et dont, en prenant 30% de rentabilité (hypothèse très haute), le front aurait sué 60.000 fois celui d'un travailleur moyen ?

Que ce soit des actions gratuites ou pas, un tel revenu ne peut être le fait du travail d'un seul individu.

vlg a dit…

Arf Coco, j'avais raté ton 2ème comm : le politburo est bien sur entièrement avec toi.