lundi 25 juin 2007

Repoussons les limites du foutage de gueule

Un garçon de 14 ans a été renversé samedi 23 juin à Marseille par une voiture de police. Alors qu'il traversait sur un passage piéton et que le feu était rouge pour les voitures, il a été projeté sur 20m par le choc ! Les flics roulaient à vive allure selon des témoins, ils n'avaient aucune urgence nécessitant de griller le feu rouge. Il est mort dimanche à l'hôpital des suites de ses blessures.

Dans un état policier, où le ministre de la police qui les a flattés pendant 5 ans est devenu président, c'est normal que les flics se sentent tout permis, au dessus des lois, et s'estiment en droit de brûler les feux et d'écraser les gueux. Dans un état de droit, ces faits sont un scandale et les policiers doivent être sanctionnés sévèrement, comme n'importe quel automobiliste qui commettrait ce genre de délit.

Que lit-on donc à ce sujet par exemple sur lemonde.fr ?

Que le conducteur assure avoir mis le gyrophare avant de franchir le feu rouge en doublant sur la gauche un autre véhicule arrêté. Ah ben ça change tout ! Il pouvait pas regarder un peu avant de traverser au vert, le gamin ? Quel imprudent ! D'autant plus que, bon, le maire des 13ème et 14ème arrondissements marseillais, Garo Hovsépian, nous rappelle que ce carrefour est "très accidentogène" : un jeune homme de 20 ans y avait trouvé la mort en 2003. Autrement dit, un accident daté d'il y a 4 ans justifie celui d'avant-hier, qui n'est même pas causé par la topographie du lieu mais juste par l'imp(r)udence du conducteur ; c'est magnifique. Avouez qu'ils vont chercher bien loin pour excuser les flics d'une faute impardonable...

Dommage que la victime ne s'appelle pas Mouloud, sinon ils auraient sans doute précisé qu'il était connu des services de police pour 36 affaires dont 3 tournantes, et que donc on portera pas le deuil, c'est bien fait pour sa peau.

Mais MAM nous rassure : "S'ils (les policiers) sont dans leur tort, il y aura des sanctions" (voir chez Fontenelle pour un commentaire brillant de cette citation). Or comme chacun sait, par définition les policiers n'ont jamais tort...

7 commentaires:

coco_des_bois a dit…

Bah ouais...
Le pauvre con qui se fait chopper à griller un feu en vélo prend 90 euros, le flic lui peut griller, tuer et aller boire un coup le soir même... c'est beau.
Pendant ce temps les dérives sécuritaires de Chavez inquiètent les observateurs ... sic.

vlg a dit…

A propos de dérive sécuritaire, le dernier billet de Fontenelle est - as usual -très bon.

coco_des_bois a dit…

nan mais Fontenelle il m'énerve, il est trop bon ce gars, c'est un truc de dingue

si y'avait encore les commentaires sur son blog ce serait le tsunami...

"Je vois, chère madame, que vous avez pris le métro à Jaurès, et que vous êtes descendue à Stalingrad: est-ce que vous ne seriez pas un peu travaillée par de sourdes pulsions gauchisantes?"

c'est un fou ce gars :)

vlg a dit…

oui je regrette ses commentaires mais en même temps il n'en avais pas qu'un ou deux à l'occasion comme nous.

Et pour le passage que tu cite, c'est pas de l'anticipation : j'ai lu dans cqfd qu'à marseille les contrôleurs de bus/metros te demandaient ton parcours pour le comparer à celui stocké dans ton ticket.

En effet un billet est valable 1h donc il arrive qu'un individu [1] le refile à un autre quand il sort du métro.

[1] probablement un gauchiste qui n'a rien compris à la responsabilité individuelle et à la valeur travail.

coco_des_bois a dit…

Exact, je suis allé plusieurs fois à Marseille, et je confirme, y'a plein de gens aux sorties de métro qui échangent des billets, en tout cas c'était comme ça il y a quelques années, du coup, contrôles...
Parce que c'est quand même assez cher le métro faut dire, et il est normal d'inscrire dans le règlement d'une régie de transports publics qu'il est INTERDIT de faire profiter une autre personne de ton billet... salauds de pauvres alors merde !

vlg a dit…

C'est vrai ça, salauds de pauvres qui font ce qu'ils veulent avec l'heure de transport qu'ils ont acheté avec leurs deniers, et qui en profitent pour pratiquer la solidarité active !

Malissa a dit…

Well said.