lundi 25 juin 2007

Petite leçon de cohérence politique

Lu chez Dagrouik
Ségolène ROYAL : Il n'y avait pas que cela dans le pacte présidentiel. Mais, les idées-phares du projet socialiste, que j'ai dû reprendre dans le pacte présidentiel et qui n'étaient crédibles... Le SMIC à 1 500 euros brut, d'abord, les gens se disaient : "Mille cinq cents euros brut... d'abord, on parle en net", déjà. Ensuite, mille cinq cents euros brut, de toute façon, on va y arriver dans les 5 ans. Ensuite, ceux qui gagnaient juste au-dessus et qui étaient à 1 500 euros net, pensaient qu'on parlait d'eux. Et j'ai rencontré, combien de fois, des salariés qualifiés qui étaient à 1500 euros net, qui disent : "Mais enfin, on va devenir smicards". Donc, c'est... et puis, tous les salariés qui étaient dans les petites entreprises qui sont en difficulté, qui disaient : "Mais enfin, du jour..." qui comprenaient, eux, que du jour au lendemain, le SMIC allait passer à 1 500 euros net, se disaient que ce n'était pas crédible. Donc...
Pas lu chez Dagrouik:
... je vous le dis tout net : il ne faut pas augmenter le SMIC. Dans quel monde vivrons-nous si tout le monde se retrouve à 1500€ ? Un monde de smicards ? Qu'est-ce que vous préfèreriez ? Être pauvre ou vous faire traiter de sale smicard dans la rue ? Moi j'ai choisi. D'ailleurs si j'ai défendu cette proposition ce n'était que pour ne pas laisser à mon concurrent le monopole du foutage de l'honnêteté en politique. D'ailleurs je vous ais dit que je quittais François, mmmh ?

14 commentaires:

Dagrouik a dit…

@VLG : je tremble me voilà cité dans Vive le Goulag. Maman j'ai peur :o)

le fond du problème c'est la smicardisation des salariés, le tassement de salaires ( même chez les cadres , étonnant hein ? ).
Ce phénomène odieux s'est accru depuis 2002 : Une réussite à mettre au crédit de l'équipe sortante.

En tout cas, discutons entre gens civilisé, y'a pas de "simon" ici.

vlg a dit…

Oui au politburo nous n'avons pas peur de salir les mains et de plonger dans l'enfer social-démocrate pour en ramener des informations.

le fond du problème c'est la smicardisation des salariés

Le problème avec le SMIC, c'est son niveau trop bas, pas son existence. Moi je veut bien être smicard à 1500€

même chez les cadres , étonnant hein

Pas tant que ça, si la société française s'est "cadrifiée" mais que les inégalités augmentent, la ligne de partage va se trouver chez les cadres.

y'a pas de "simon" ici.
Il venait au début mais n'a pas du nous trouver très accueillant.

Dagrouik a dit…

@VLG: je ne suis pas social-démocrate au sens "historique" du truc. je suis une saloperie de Menchevik.
Je veux véroler le capitalisme pour le faire mutter en un truc qui soit juste et où le bien public, la collectivité auront un sens, avec de l'auto-gestion.
Ce n'est pas social démocrate ça ?

Et moi je brosse mes pieds sur le tapis avant de venir ici, où est la vodka bordel !!!

coco_des_bois a dit…

Ouais... tassement chez les cadres... mouais.
Le problème c'est que de ridicules augmentations pour la grande majorité sont perçues comme impossibles par ceux qui se gavent. Le problème c'est qu'on pourrait niveler un peu tout ça mais il faudrait taper sur les gros salaires et mettre des bornes.
Ca s'appellerait comment ? de l'atteinte aux libertés en language libéral...

Alors on grapille des euros en bas de l'échelle et on les reprend avec de la TVA, histoire de ne pas toucher aux gros porcs.

L'argent coule à flots, trop même, il ne manque en rien, il faut juste le distribuer et le contrôler de très près. La remarque est valable au plan national et international.

vlg a dit…

La vodka est , sers-toi, camarade, c'est de la bonne.

Question naïve, tant qu'on discute entre gens civilisés : N'y a-t-il pas un risque avec un smic à 1500 euros nets que les prix croissent en conséquence et que tous ceux qui gagnent ça se retrouvent rapidement avec un niveau de vie de smicard actuel ? Autrement dit, quel que soit le niveau auquel les salaires se tassent, ne risquerait-on pas d'assister à la paupérisation de la population "tassée", à plus ou moins court terme, le temps que le marché s'adapte à la nouvelle donne ?

Je me fais un peu l'avocat du diable et l'apôtre des inégalités, mais c'est une vraie question (et au pire on n'est pas obligés de laisser le marché s'adapter et les capitalistes augmenter leurs marges quand les salaires croissent).

Dagrouik a dit…

@coco_des_bois : ça commence chez les cadres "ordinaires".. Mais l'arbre ne doit pas cacher la foret.

On ne compte plus les entreprises où la direction donner un paquet de fric pour les primes aux salariés et où les managers se partagent le pognon et ne donnent que des miettes aux salariés.

Sur le nivellement, le menchevik que je suis est pour : le ratio bas-haut est passé de 1 a 10 à 1 a 60 en 30 ans ( je cite de mémoire), même que ça effraye l' OCDE :o)

Et sur la redistribution : idem, je suis d'accord et c'est terrible de le dire , mais un vrai libéral me l'a dit aussi :o)

@vlg : Le tassement des salaires est en croissance depuis 2002 (et commencé avant), la paupérisation des salariés aussi.
Ta question est n'est pas naïve. Elle est fondamentale, la réponse qu'on y fait est importante.

Comment inverser ce tassement ? Surtout dans des PME tout juste rentables. C'est là que le problème est le plus vicieux.
Dans les boites rentables, la politique fiscale permet d'ajuster les comportements : Tu partage les benefs et décisions avec tes salariés ? Tu payes moins d'impôts => Redistribution directe, sans passer par un état qui peut gaspiller ou gérer de travers.

Dans la PME qui n'est pas rentable, soumise à la pression des systèmes esclavagistes où les salaires sont 20 à 40 fois inférieurs aux notres on fait comment ?

vlg a dit…

On fait une TVA-sociale ?

Nan je déconne...

vlg a dit…

[mode skizo=on]
A VLG : A cours terme, non, parce que en première approximation la valeur du salaire n'influe pas sur pas la quantité de ce qui est produit (qui dépend de la productivité) mais sur comment cela est redistribué.

l'effet est plus efficace si tu ne touche qu'aux bas salaires, mais même dans le cas inverse ou tu rajoute par ex 500€ de plus à tous le monde, tu vas y gagner parce que la redistribution va se rééquilibrer en faveur du travail au détriment du capital.

Ceci dit dans la réalité, ça ne dure pas longtemps, l'exemple des accords de Grenelle de 68 le prouve.
[mode skizo=off]


A dagrouik : Si tu regarde l'histoire du mouvement social, tu verra que la méthode d'infiltration et de subversion du capitalisme par l'intérieur n'est qu'une illusion.

Tout simplement parce que celui-ci fourni de fort avantages à ceux qui sont en position (et sensés le renverser).

D'un coup la subversion du capitalisme leur devient moins urgente.


A coco des bois : tout a fait d'accord, augmenter les bas salaires est une chose, mais limiter les gros est surement plus efficace à terme. Et plus que les salaires, c'est de revenus qu'il faudrait parler (donc y compris les revenus du capital)

coco_des_bois a dit…

oui, absolument, de revenu

et à ce titre quand on parle de revenu total, les parasites ne sont pas ceux qu'on nous montre du doigt !

entièrement d'accord avec toi avec les prix, je suis persuadé qu'une mesure qui dit "augmentation du smic" en gros au JO pousse très vite le "marché" à de légères contractions haussières...

mais d'une manière générale et c'est con à dire, c'est le système délirant de la croissance perpétuelle qui est en question. pourquoi doit-on toujours croitre ? pourquoi et d'après quelle loi naturelle le prix d'un kilo de froment doit monter ? le prix de ma maison ? de mon loyer ?
mon revenu monte avec le temps, ok, je comprends, et encore, mais le reste ?

Dagrouik a dit…

Vlg a dit : Si tu regarde l'histoire du mouvement social, tu verra que la méthode d'infiltration et de subversion du capitalisme par l'intérieur n'est qu'une illusion.

Oui, c'est l'enseignement de l'histoire, mais celle-ci s'est accélérée : les technologies de l'information ( Internet ) sont devenus un outil qui permet de transmettre l'information rapidement.
C'est pour moi, l'outil indispensable à de nouvelles transformations sociales : l'information c'est le pouvoir d'agir, de dénoncer, d'anticiper.

Par exemple, le scandale de l'Ipod farm n'aurait pas été connu du public dans les années 40 ou au siècle dernier.

Il est donc plus facile de subvertir le capitalisme au XXIième siècle que précédemment.

Il reste bien sûr le souci de l'égoïsme de l'homo sapiens.

Dagrouik a dit…

@coco_des_bois : bien vu les exemples, pourquoi le loyer augmente t'il alors que la prestation visée par le contrat au sens du code civil n'augmente pas en qualité ni en quantité ?

vlg a dit…

A dagrouik : hé bien, ça n'a pas du tant s'améliorer que ça puisque je n'ai pas entendu parler du scandale de l'Ipod farm.

C'est quoi ? un endroit où on élève les Ipod de manière industrielle, sans quasiment aucun espace vital ?

coco_des_bois a dit…

Ca mérite recherche cette histoire de poulets élevés avec des zipodes !

Sinon, il est vrai qu'avec les progrès de la communication, on est plus à même de dénoncer des scandales du capitalisme, mais :
- est-ce efficace ?
- y en a-t-il moins ?

pas sûr

Dagrouik a dit…

@VLG : non les IPOD d'apple sont fabriqué en chine, dans des conditions à peine supérieur à la moyenne locale, voire même inférieures.. d'ou l'expression Ipod FARM.


@Coco_des_bois :le nombre de scandales possible à t'il cru ? tout cela c'est des maths aussi.. donc pas évident.
Et la bulle NTIC est derrière nous, les scandales du genre "portail pour caniche", ça n'est plus possible.