mardi 25 septembre 2007

Revue de presse estivale 2

Dans le CQFD de l'été (numéro 47), on trouve page 6 un dessin de Berth intitulé :
La droite décomplexée

Il représente une bourgeoise à collier de perles et manteau de fourrure qui vient de descendre de sa Rolls pour s'adresser à trois jeunes en ces termes :
«Les bicots, rentrez chez vous!»

Son mari qui l'a suivie lui fait remarquer :
«Là, Sabine, vous risquez d'avoir des problèmes en étant trop décomplexée...»
«Préférez le terme "magrébins" à "bicots".»


C'est très rigolo. Mais que nous apprend ce dessin ? Il révèle ce qu'on sent bien depuis quelques mois : la droite décomplexée, c'est l'extrème-droite en version politiquement correcte.

Un esprit retors pourrait en déduire que la droite dite "républicaine", c'est donc l'extrème-droite avec des complexes ?

C'est peut-être pas aussi con que ça en a l'air...

6 commentaires:

Jenny Suarez-Ames a dit…

Une fois, je crois que c'était juste après l'élection de Gourmettor, j'ai entendu, dans un restau, un vieux (quand je dis "vieux" c'est plus de 75 ans, hein) dire à un petit camarade à nous qui avait fait pipi sur une cuillère stark (les trucs moches avec l'histoire de Paris marquée dessus pour l'édification personnelle des gens qui n'ont pas envie de regarder le monument derrière), bref, lui dire "Mais enfin jeune homme vous n'avez pas une tête de bougnoule."

Si. Bougnoule. Comme bicot, bique, youpin, niakoué.

Quand je lui ai posé la question, à part "mademoiselle j'ai fait la guerre d'Algérie, moi, et on fête les 80 ans de ma femme, là [en effet il était assis en compagnie d'une momie]", il n'a pas su me dire précisément ce qu'il avait contre les bouqnoules (et ne suis pas certaine qu'il ait pigé pourquoi je lui expliquait qu'on employait pas le mot "bougnoule", d'une part, et que d'autre part les blancs aussi avaient le droit de pisser sur Stark, que c'était un geste esthétique, en fait).

Il y a l'option gérontogoulag ou pas?

vlg a dit…

«Si. Bougnoule.»

Pas surpris, j'entends régulièrement les mots bougnoule, bicot ou boucaque. Même une fois de la part d'une personne qui voulait dire du bien de la personne ainsi nommée.


«Il y a l'option gérontogoulag ou pas?»

Non, nous on ne fait pas de discrimination selon l'age. On ne sépare pas les familles non plus. Tout le monde dans le même goulag, c'est nettement plus convivial.

Jenny Suarez-Ames a dit…

La vache. Je dois être dans une bulle ultraprotégée parce que je crois que c'est la première fois que j'entendais un truc pareil en vrai.
Si, une fois je discutais avec un type qui à un moment a parlé, même pas en méchamment non plus, des youpins.
Je suis d'accord, pour le goulag, sinon. Il faut rester savoir rester sympa avec l'ennemi.
Il y a l'option balle dans la tête?

Jenny Suarez-Ames a dit…

Je précise que "bougnoule", c'était à Paris (note, je l'ai dit) et "youpin", à Riquewihr, Alsace, patelin angoissant genre village fleuri propre (et sans bougnoule ni youpin, of course).

vlg a dit…

Le problème à mon avis n'est pas tant le vocabulaire que le fond du propos. Ce vieux aurait dit "arabe" ou "personne de couleur" que sa remarque serait aussi raciste et ignoble. Il emploie "bougnoule", terme péjoratif, parce qu'il est décomplexé, c'est tout.

Bon, le fait est qu'on emploie jamais "bougnoule" sans arrière pensée donc même sans le contexte de la phrase il y avait de quoi être choqué(e), là.

Jenny Suarez-Ames a dit…

I agree.
Au moins le fond immonde de sa pensée avait le mérite d'être clair.
Au goulag avec des bougnoules (comme Rachida Dati, par exemple).