mardi 21 octobre 2008

Douce France

Si vous avez suivi l'actualité, vous ne pouvez pas ignorer deux événements particulièrement ignobles, et particulièrement corrélés avec la politique raciste - sécuritaire de notre bien aimé gouvernement.


1) La chasse aux sans-papiers et l'expulsion frénétique des clandestins, qui brisent des familles et désepèrent des collèges, a fait un "dommage collatéral" d'un genre nouveau. Après les défénestrations volontaires et les accidents mortels, voici l'immolation par le feu. Une femme (française) s'est brûlée vive devant la prison où était incarcéré son compagnon (arménien), pour protester contre sa situation de clandestin. Difficile d'encaisser ça sans réagir. Les immolations par le feu, c'est d'habitude réservé aux tchèques envahis par les soviétiques ou aux tibétains envahis par les chinois. Pas aux habitants du pays des droits de l'homme.

Ça a fait une belle flamme bleu-blanc-rouge.

Et ça laisse comme une envie de vomir ou de pleurer. Surtout quand on lit les réactions des charognards. C'est simple, pour faire montre d'aussi peu de compassion et d'autant de haine brute et imbécile envers l'étranger, ils ne méritent pas d'appartenir à l'Humanité.


2) La guerre contre les populations bronzées des banlieues (qui, faut-il le rappeler, osent même siffler la marseillaise!) a franchi une nouvelle étape. Pour faire court : des flics ont été caillassés, puis ont pris d'assaut un immeuble et arrêté un homme qu'ils ont reconnu formellement de nuit à ses baskets blanches, son jean bleu, son survet à capuche et sa peau foncée (parce que des noirs en survet à capuche, jean et basket blanches, en banlieue, il n'y en a qu'un, c'est bien connu). Le tout a été filmé par un voisin, et on voit très nettement que l'interpellé se fait violemment tabasser au sortir de l'immeuble. Lui prétend qu'il était peinard chez lui à regarder France-Tunisie et que les keufs ont défoncé la porte pour le chopper. Il a reçu des coups de matraque et de crosse dans la tête. Cela lui vaudra 2 jours d'Iterruption Temporaire de Travail (il est en BTS), à comparer avec le mois entier d'ITT obtenu par le flic qui s'est blessé au pouce en le frappant ! On attend avec impatience sa plainte contre l'individu basané qui a asséné un violent coup de tête dans sa matraque, lui causant ainsi une vive douleur au doigt.

Heureusement, la police des polices enquête sur d'«éventuelles» violences policières. On est vachement rassurés...




Mais tout finit en chanson ! Allez, tous avec moi :

Douce France,
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t'ai gardée dans mon coeur
Mon village,
Au clocher, aux maisons sages
Où les enfants de mon âge
Ont partagé mon bonheur

Oui je t'aime, et je te donne ce poème
Ou je te quitte,
Dans la joie ou la douleur

7 commentaires:

GILLINOUI a dit…

on ne dit pas: "vous n'êtes pas sans ignorer" mais: "vous n'êtes pas sans savoir".

Attention camarade, la prochaine fois c'est 10 ans de mines de sucre en poudre!

GILLINOUI a dit…

on ne dit pas: "vous n'êtes pas sans ignorer" mais: "vous n'êtes pas sans savoir".

Attention camarade, la prochaine fois c'est 10 ans de mines de sucre en poudre!

vlg a dit…

Merci camarade gillinoui, correction faite.
Mais prends garde : on ne répête pas deux fois la même chose au politburo à 4 minutes d'intervalle, sinon il pourrait se vexer et se fâcher !

GILLINOUI a dit…

cher camarade, je me suis mis en pénitence et je jure devant dieu le petit père des peuples que je ferai vachement gaffe à pas répéter.

http://gillinoui.blogspot.com/

Lafleur a dit…

Un mois entier d'ITT ? Pauvre petit ! on aurait presque envie de le plaindre !..curieux de voir çà, en effet !

vlg a dit…

@gillinoui: C'est bon pour cette fois.

@lafleur: Ouaip. Bon, d'un autre côté, c'est toujours un mois pendant lequel il ne pourra pas donner de coups de matraque aux noirs qui lui tomberaient sous la main, voyons le côté positif...

Aka 75 a dit…

Comme à Lyon. Vous vous souvenez de cette video ?

http://mange-ta-soupe.over-blog.com/article-24019936.html

Faut dire aux jeunes que c'est eux l'avenir, pas les tabasser dans des halls d'immeubles. Et bientôt Taser, la torture discrète.