vendredi 20 juin 2008

Relançons le débat sur le catholiscisme

Comme le souligne pertinemment Sébastien Fontenelle ici, le débat sur l'Islam est relancé toutes les deux semaines en moyenne, à chaque fois qu'un fait divers donne l'occasion de démontrer à quel point cette religion barbare est incompatible avec l'idéal démocratique de l'occident libre. La dernière fois, c'était l'annulation d'un mariage suite aux mensonges de l'épouse sur sa virginité, vous vous en souvenez certainement.

Cette semaine, il nous semblerait pertinent de relancer le débat sur le catholicisme, cette religion arrièrée, avec ses dogmes rétrogrades, ses fanatiques qui imposent leur loi au coeur même de l'Europe, et son incompatibilité avec les droits de l'homme les plus élémentaires.

En effet, Courrier International rapporte le cas particulièrement degueulasse suivant :
« Violée par un camarade de classe, la jeune Agathe, âgée de 14 ans» a vu son avortement « refusé par les médecins qui ne voulaient pas aller contre leur conscience catholique» (bien qu'il soit autorisé par la loi dans ce cas particulier). Puis elle a été «harcelée par des prêtres, des membres des organisations anti-IVG et des journalistes de la très cléricale Radio Maria, ainsi que de la télévision TRWAM, afin de la convaincre de garder le bébé.»
14 ans, violée.

Mais elle doit foutre sa vie en l'air, pour ne pas choquer les consciences catholiques de ces braves gens.

On attend maintenant les réactions offusquées des intellectuels à gage habituels et la pétition de Philippe Val contre cette atteinte manifeste aux droits de la jeune fille, dans un pays manifestement encore sous le joug d'une religion incompatible avec la liberté, et en proie aux fanatismes les plus inquiétants.

Le pays moyen-âgeux où cela se déroule est ... la Pologne, membre de l'Union Européenne.


Pour info, dans la très catholique République d'Irlande, l'avortement n'est autorisé que pour sauver la vie de la femme enceinte, donc le problème ne se poserait même pas. En Turquie, en revanche, il est à peu près aussi libre qu'en France. Pour des comparaisons sur les législations dans le monde, voir ici, et pour une comparaison plus détailléee concernant les pays de l'UE, cliquer .

Le politburo lance donc un appel solennel à la Turquie et au Turcs : viendez vite dans l'Europe, on vous échange avec la Pologne.

19 commentaires:

Léo a dit…

Le pire, c'est que la pauvre va devoir mentir et se faire faire une reconstruction d'hymen pour être vierge avant le mariage, parce que ça, pour les catholiques, c'est quand même super important.

Ludivine van de Spock a dit…

Ah oui, et puis ya pas photo, l'Empire Ottoman c'était quand même un monument de civilisation et de rayonnement et même, d'une certaine façon, de tolérance sinon philosophique du moins pratique.

Ludivine, elle vendrait bien les Grecs et les Irlandais avec les Polonais en prime gratos en échange des Turcs qui le méritent amplement. Oui, Ludie elle aime ni les cathos intégristes ni les othodoxes hystéros.

Faut aider les Turcs à garder leur modèle Atatürk, et le meilleur service qu'on puisse leur (et nous) rendre, c'est de les intégrer dans l'Union. En plus, ça ferait bien chier Sarko.

Allez, fissa fissa, à vos faucilles et vos marteaux, et que ça saute, hein !

Weatherboy a dit…

"si Dieu existait, il n'y aurait pour lui qu'un seul moyen de servir la liberté humaine, ce serait de cesser d'exister."
- Michel Bakounine, "Dieu et l'Etat"
http://kropot.free.fr/Bakounine-Dieu-Etat.htm

En bref, si Dieu existait, il faudrait s'en débarasser.
Et ca on ne le répétera jamais assez à nos adorateurs de la pire idéologie génocidaire de l'Histoire de l'Homme (des habitants des amériques aux aborigènes de Tasmanie): le christianisme.

Gérard Amate a dit…

Je rappelle qu'une ministre de la Répu, Chrit... Bout... (préservons son anonymat) travaille aussi pour une puissance étrangère, le Vatican.
Elle est conseillère de je sais plus trop quoi au gouvernement de cet état théocratique (qui prêche en effet l'anti-avortement alors que ce pays, on ne sait trop par quel miracle, dispose du plus bas taux de natalité de la planète : il ne nous ferons pas croire qu'on arrive à de tels résultats par la méthode Ogino.)

Mademoiselle a dit…

La Pologne est revenue en 1997 sur un droit à l'IVG qui avait pourtant une quarantaine d'années. La situation en Irlande est également catastrophique, mais dans le reste des pays européens et aux usa elle n'est pas brillante non plus ( http://www.monde-diplomatique.fr/2008/02/DAGUERRE/15629 )...
Pour info, le planning de Grenoble (le premier en France a avoir été crée) a été attaqué par des anti-ivg en mai dernier.

Anonyme a dit…

Je suis tombé sur votre blog par hasard et je dois avouer que la pertinence de vos articles me plaît !

vlg a dit…

@léo: Hu hu hu, le pire c'est que tu as raison !

@ludivine: Question civilisation, les grecs n'ont pas été mal non plus, il faut reconnaitre. Et pis d'un autre côté, l'Empire Ottoman, c'est aussi le génocide arménien. Considérons plutôt la Turquie actuelle, celle d'Atatürk, république laïque, alphabet latin, état moderne, etc. Tout n'est pas parfait (pensons aux Kurdes), mais certains aspects sont bien plaisants.
Et pis ça ferait bien chier Sarko, deVilliers ferait une attaque, et LePen s'étranglerait. Trois bonnes raisons qu'ils adhèrent ! La quatrième, c'est qu'ils sont bientôt champions d'Europe de foot.

@anonyme: Merci merci, n'hésite pas à revenir nous lire régulièrement.

vlg a dit…

@ weatherboy: Merci pour cette excellente citation, on est bien d'accord.

@ gérard amate: Le fait qu'il n'y ait pas d'hôpital avec maternité au vatican doit aider à ce que le taux de natalité soit nul... Tu crois que ça avorte clandestinement dans tous les coins de la chapelle sixtine ?

C'est effectivement scandaleux qu'une ministre travaille pour eux.

mademoiselle a raison, il y a encore du boulot dans le monde ! Et surtout, il ne faudrait pas revenir en arrière sur ces progrès. Vigilance.

emcee a dit…

Hélas, le retour à la religion est inéluctable en l'état des choses.
Devant le cynisme des pouvoirs politiques, leur mépris pour le peuple, les inégalités qu'ils creusent sciemment entre la population et les élites auto-proclamées, non seulement au niveau financier, mais également judiciaire et social.
Quand on voit que ces élites édictent des lois qu'ostensiblement elles ne s'appliquent pas à elles-mêmes.
Quand on voit que les luttes finissent par des échecs retentissants, grâce à la veulerie et la complicité de ceux qui devraient les soutenir.
J'en passe.
Qu'est-ce qu'il reste?
La révolte - qui pourrait bien servir encore à ces élites qui n'attendent que cela pour asseoir définitivement leur pouvoir autocratique.
Le suicide collectif
ou le repli vers un "monde meilleur", même s'il est illusoire et dangereux.

Ce siècle est mal barré, je vous dis.

Anonyme a dit…

Avant Philippe Val, de nombreux blogs se feront j'en suis sûr l'écho résonnant (et pas toujours raisonnant) d'une pensée dors et déjà aussi répendue sur la toile. Ce qui est reproché dans le texte, à savoir grosso-modo l'assimilation Islam = pratique barbare et la stygmatisation qui en découle, est précisément reprise ici par des non-professionnels de la communication et appliquée aux Catholiques - masse aussi peu homogène que les Musulmans, non ?

Par mimétisme j'espère. Chez les pros je gage que l'analyse superficielle est une arme de manipulation ou un moyen de persuasion. Ailleurs, chez quelques citoyens anonymes dépités qui la condamnent à l'occasion, c'est au mieux un exutoire ludique ou énervé, mais parfois aussi l'expression navrante de sophismes divers.

Par simple mimétisme j'espère ; sinon je serai tenté de rechercher une causalité, une intention, une constance effrayante vers la fragmentation de notre société - chez les puissants, comme chez les plus humbles, laïques ou non.

vlg a dit…

@emcee: T'es pas bien optimiste. En même temps, il y a peut-être bien de quoi...

@anonyme: En effet, nous faisons ici un exercice de mimétisme, et appliquons au catholiscisme le traitement qui est si souvent appliqué à l'islam. À savoir: une généralisation à toute une religion, pour montrer à partir d'un fait divers sordide combien elle est inacceptable.
Ceci dans le but de ridiculiser ceux qui appliquent ce schéma à l'islam, car comme tu le dis, de la part de pros ça ne peut être qu'à dessein de manipulation. On en profite pour montrer que le catholicisme ne vaut pas mieux que l'islam, contrairement à ce que prétendent certains pour qui le coran serait haine quand la bible serait amour.

Pour résumer et te rassurer, on n'a pas de haine particulière pour le catholicisme ou l'islam, mais pour toutes les religions quelles qu'elles soient, et tous leurs fanatiques.

Anonyme a dit…

@vlg:
"on n'a pas de haine particulière pour[...]mais pour toutes les religions, et tous leurs fanatiques".

C'était l'idée de ma dernière phrase : le "on" - souvent ethno-centré - se trompe de cible.

Je ne vois là rien de rassurant. C'est plutôt symptomatique : suggérer un avis sur le Coran ou la Bible en l'occurence (voire sur les deux, par comparaisons suggestives) sans avoir approfondi ni l'un ni l'autre c'est le jeu de hazard que pratiquent déjà médias et dirigeants non ? Bien au delà de la laïcité dont font parfois preuve des religieux, jetter toutes les religions à la poubelle en chiant dessus avec fracas et pétarades est dans cette mouvance, probablement souhaitée, de voir se distiller ce que j'appelais la fragmentation tout à l'heure.

Pour moi la cible, c'est pas tellement le discours "officiel" mais les processus qui tendent à répendre sa forme ou, pire, ses effets.

thé a dit…

Inéluctable, non, emcee. Sinon, on baisse les bras et tout est fini. Amen.

Anonyme, la fragmentation de la société, on l'a cherchée et on l'a trouvée.
En dehors des religions.

"Bien au delà de la laïcité dont font parfois preuve des religieux" . J'ai pas compris.
Si t'es religieux, t'es pas vraiment laïc
Et nul besoin d'approffondir la Bible ou le Coran pour te dire athée, laïc.

emcee a dit…

@thé. inéluctable, en l'état des choses (pas d'italiques à portée). Cad, si rien ne change, on y va tout droit. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut plus se battre, mais se battre encore sur un autre terrain. Et c'est vrai qu'à certains moments, on se demande si on ne devrait pas partir sur un plateau désertique élever des chèvres. On serait plus efficace. Et entendu.

En effet, "laïc" signifiant "n'appartenant pas au clergé", il est évident que "religieux" signifie ... "religieux". A moins qu'on veuille dire "croyant" et dans ce cas, il y a des croyants qui sont laïques, évidemment. Et des athées qui croient l'être.
Les mots sont importants quand on explique aux gens.

D'autre part, faire le tri entre "pros" et amateurs de la "communication"(?), en la matière, cela n'a aucun sens. Si seuls ceux qui détiennent une carte de presse, voire un simple certificat d'animateur ou un laisser-passer de publicitaire, étaient gardiens de la vérité et de la réflexion, ce pays serait bien en mal de penseurs.
Pour le reste de l'exposé savant d'anonyme 5:41, c'est trop fort pour moi, désolée. Je n'ai rien compris. J'aurais tant aimé, pourtant, participer à cette réflexion.

Anonyme a dit…

@thé :
"[...] en dehors des religions", ouaip c'était ce que j'essayais de dire... avec moins de concision. Merci.

@thé :
@emcee:
J'ai pas dit qu'un religieux était laïc, j'ai dit que certains religieux faisaient preuve de laïcité. C'était a priori maladroit ; j'vais préciser ça un poil. Un fonctionnaire religieux (tiens, professeur des écoles, catholique) peut dans sa sphère professionnelle complètement respecter la neutralité confessionnelle de nos institutions laïques. Selon moi, de fait, il fait preuve de laïcité. Ca c'est un minimum... mais, au moins, ça c'est respectable.

@emcee:
Si "les mots sont importants quand on explique aux gens", j'ajoute qu'un truc m'échappe dans cet emploi du mot "laïc". La laïcité excluant donc l'appartenance au clergé (c'est à dire à l'Eglise), je vois pas un musulman ne pas être laïc.

M'enfin comme tout le monde, je m'en bat les parties.

Pour le "tri entre pros et amateurs", je vais essayer de ne pas caricaturer. Mais enfin, d'un côté la com' est une arme, efficace, maîtrisée, insidieuse, de l'autre non. Je ne voulais pas insulter les non-pros ou minimiser leurs actions mais plutôt montrer mon "admiration" aux pros qui, contrairement à l'amateur que je suis, parviennent de toute évidence, eux, à leurs fins. Ben, sinon on en serait pas là, nous "amateurs", puis surtout on ne jouerait pas aussi souvent avec leurs propres artifices - ceux de la division, entres autres.

thé a dit…

@emcee
Tu dis inéluctable car
-révolte vouée à l'échec
-suicide pas envisageablle
Donc, il ne reste que la religion.

Moi, j'en vois pas trop de signes où les gens se tournent vers la religion. Les cathos sont de moins en moins pratiquants, sont même pas foutus d'avoir assez de curés. Bon, il y a quelques succès, les Pentecôtistes, par exemple. Mais cela tiendra-t-il longtemps ?
Il me semble que tu oublies
et la résignation que je trouve de plus en plus fréquente
et la lutte. Même si après , tu la rajoutes, mais sans préciser le terrain.


@ anonyme
Un prof des écoles catho n'est pas un fonctionnaire religieux. Il est payé par l'Etat de par sa fonction de prof et non de son adhésion à un culte. Ceci dit, y en a des fonctionnaires religieux, en Alsace, par exemple en France , et dans d'autres pays
Laïc, pour les cathos, c'est qui n'appartient pas au clergé. Pour les autres, et donc la majeure partie, c'est qui est pour une indépendance par rapport à toute confession religieuse et pour une séparation nette entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux. En France, tout au moins.

Anonyme a dit…

@the :
J'ai pas dit un qu'"un prof des écoles catho"" était un fonctionnaire religieux, mais j'ai pris l'exemple d'un prof des écoles qui serait de confession catholique ("prof des écoles, catholique"). Et qui respecterait la laïcité de sa profession.

Sur la séparation église/état on est évidemment bien d'accord.

Difficile première participation à un blog.

emcee a dit…

@ anonyme
Ce ne sont pas les "pros" de la com', ce sont ceux qui tirent les ficelles et qui les exploitent pour faire passer leurs messages (pouvoirs financiers, politiques etc.)qui "parviennent à leurs fins". Et j'appellerais plutôt les premiers des "pros' de la compromission et de la lâcheté.

Il y a, d'autre part, pléthore d'exemples de "pros" de la com' qui ont été éliminés parce qu'ils ne convenaient pas aux pouvoirs en place.
@ Thé, question "lutte", je ne parlais pas de moi.
Je milite comme je peux dans diverses structures. Mais nous sommes attaqués sur tous les fronts(j'en ai parlé plus haut).

Oui, résignation, aussi. Beaucoup ont baissé les bras sans se réfugier pour autant dans des structures radicalement opposées. Mais force est de constater que le P et aujourd'hui NS ont récupéré les voix (grâce, d'ailleurs, à leur talents de "communicateurs") de ceux qui ont été fragilisés ou se sont sentis floués par les belles paroles de ceux qui leur promettaient un monde meilleur qu'ils n'ont jamais vu venir.

Quant à la religion, ce n'est pas parce qu'on ne la voit pas au grand jour qu'elle n'existe pas. Elle a toujours agi dans l'ombre pour gagner du terrain. En France, en particulier.

Exact, il y a de moins en moins de curés en France et ils sont obligés d'en importer (de Pologne, par ex). Mais ceux qui existent sont autrement plus radicaux.
Pour la religion, je ne vais pas m'étendre parce que ce serait trop long, mais je te renvoie à mes deux derniers billets.

(Désolée, VLG, je n'aime pas faire ma pub sur d'autres blogs, mais je ne peux pas tout recommencer ici).

Anonyme a dit…

c'est parce qu'ils ont fermé leurs goulags que tu veux échanger la pologne avec la turquie ?